Actualités
Dernière mise à jour : 30/03/2011

Protection Civile, Kévin FLOURY, bénévole à 17 ans

Image non disponible

Depuis deux ans, Kévin FLOURY, âgé de 17 ans, est bénévole à la Protection Civile de Lamballe. C’est son envie d’aider les autres qui l’a incité à franchir le pas.

Lors d’un concert, d’un évènement sportif ou d’un rassemblement d’une autre nature, ils sont tout le temps présents, discrets tout en étant disponibles pour les autres. Ils, ce sont les bénévoles de la Protection Civile. Et parmi eux, Kévin FLOURY, une jeune de 17 ans qui a la tête bien sur les épaules.

« J’ai rencontré une équipe de la Protection Civile sur un poste de secours, à Sévignac, à l’occasion d’un cross scolaire, raconte Kévin. Les secours à la personne m’intéressaient. J’ai demandé des infos, je suis allé à une réunion puis, j’ai adhéré à l’association. C’était en janvier 2009. »

Les inondations et la neige en 2010

Au cours de ces deux années, Kévin suit des formations (premiers secours civique niveau 1, premier secours en équipe niveau 1 et 2). Des postes de secours, il en a fait un « paquet ». «En 2010, j’ai effectué 580 h de bénévolat pour la Protection Civile, poursuit le jeune homme. Je suis allé sur des cours cyclistes, les chants de marin à Paimpol, mais ce qui m’a le plus marqué, ce sont les inondations, en février, et l’épisode neigeux, en décembre dernier ».

Aider les gens, c’est ma grande passion

Pourtant, de ces actions, les bénévoles n’ont que peu de retour des personnes qu’ils aident. Pour Kévin, c’est pourtant arrivé lors de l’épisode neigeux qui a bloqué la RN12 des automobilistes en décembre 2010. « Un homme que nous avons hébergé à la salle municipale de Lamballe nous a envoyé une lettre de remerciement par la suite », explique-t-il.

Comment voit-il la suite ? Kévin, au Lycée à Dinan, prépare un bac STG, option communication. Passionné de météorologie, de photographie, il souhaite ardemment devenir journaliste . « Après les études, je resterai à la Protection Civile. Aider les gens, c’est ma grande passion ».



Le Télégramme du Vendredi 18 mars 2011